Le 11 septembre en questions

Publié le par Adriana Evangelizt

Eh oui, beaucoup de questions dans cet article comme vous allez le voir mais néanmoins, il en manque quelques unes... Notamment Où sont passés les lingots d'or dont personne n'a parlé en France ? Il y en avait quand même pour 160 milliards de dollars. Voir la vidéo ICI... à notre avis, ils ne sont pas perdus pour tout le monde !

LE 11 SEPTEMBRE EN QUESTIONS

par Guillaume de Rouville




Nous vous proposons ici une mise à jour de notre article paru en août 2003 (plusieurs dixaines de références supplémentaires, ainsi que de nouvelles questions).

Pourquoi aucun avion de chasse n'est parvenu à intercepter l'un des avions détournés ? Pourquoi les avions de chasse lancés vers Washington à la poursuite des deux derniers avions détournés encore présents dans le ciel américain, sont-ils partis de la base de Langley, située à 130 miles de Washington, et non de la base d'Andrews située à 10 miles seulement ? Pourquoi ces avions de chasse sont-ils partis si tard, plus d'une heure après que les deux premiers avions de ligne aient percuté le World Trade Center ? Pourquoi la procédure habituelle d'interception des avions détournés, ou n'émettant plus de signal radar, n'a pas été suivie par le FFA et le NORAD, les deux organismes chargés de la sécurité aérienne américaine, alors que cette procédure est régulièrement mise en œuvre sans problème (plusieurs dizaines de fois par an) et dans un laps de temps record qui ne dépasse pas les quelques minutes ? (Le Chef d'Etat-Major Interarmées, le général Richard Myers, interrogé le 13 septembre 2001, par la Commission sénatoriale des Forces armées, reconnaît ne pas savoir à quel moment les chasseurs ont été lancés à la poursuite des avions détournés. Il lui semble, dans un premier temps, que c'est seulement après le crash sur le Pentagone que l'ordre fut donné). (Voir également l'article de Paul Thompson "The Failure to Defend The Skies on 9/11" sur le site Center for Cooperative Research, http://www.cooperativeresearch.org/wot/sept11/default.html).

Pourquoi aucun des noms des présumés terroristes ne figurait sur la liste des passagers fournis par les compagnies aériennes au lendemain du 11 septembre ? Comment les terroristes ont-ils été identifiés deux jours après les attentats ? D'où viennent les photos d'identité de ces preneurs d'otages ? Comment se fait-il que 6 des 19 preneurs d'otages prétendent être toujours en vie ? ("Last year that doubt crept into the highest levels of law enforcement after a series of sensational news reports aired by the BBC, ABC and CNN, along with several British newspapers, cast suspicion on whether the FBI got it right. The reports suggested at least six of the men the FBI claimed were hijackers on the planes were in fact alive. They didn't survive the crashes, of course, but never boarded the planes", dans Insight Magazine le 11 juin 2003, 'FBI Denies Mix-Up Of 9/11 Terrorists', de Timothy Maier, le 13 juin 2003 dans L'Idiot).

Pourquoi a-t-il été impossible de retrouver les boites noires des avions ? Comment a-t-on pu, en revanche, retrouver le passeport d'un des terroristes dans les décombres du World Trade Center ? Pourquoi aucune image de l'avion qui s'est écrasé sur le Pentagone n'a été rendue publique ? Quelle est la nature exacte de la protubérance que l`on observe sur le ventre de l'avion qui s'est écrasé sur la tour sud du World Trade Center ? ("Los misteriosos reflejos del 11-S" de Edouardo Martin de Pozuelo, 22 juin 2003, La Vanguardia, le 8 janvier 2004 dans L'Idiot sous le titre "The mysterious reflections of 9/11").

Ben Laden a-t-il été soigné à l'Hôpital Américain de Dubaï en juillet 2001 comme l'ont affirmé Le Figaro, le Guardian et Radio France International (Le Figaro - 31 octobre 2001 ; The Guardian - 1 November 2001 ; United Press International - 1 Novembre 2001) ? Ben Laden a-t-il rencontré le représentant local de la CIA, Larry Mitchell, lors de son hospitalisation (United Press International - 1 Novembre 2001) ? Pourquoi les Etats-Unis ont-ils refusé l'offre faite en mars 1996 par le Soudan, de leur livrer Ben Laden, alors que celui-ci figurait déjà sur la liste des terroristes les plus recherchés par les Etats-Unis (The Observer - 30 septembre 2001) ?

L'écrivain Suisse, Richard Labevière, a-t-il raison de soutenir, dans sa dernière enquête ('Les Coulisses de La Terreur', Grasset Et Fasquelle, 2003) que la CIA et Ben Laden auraient été sur le point de conclure un accord de non-agression quelques semaines avant les attentats du 11 septembre et que le représentant de la CIA présent à Dubaï aurait rencontré Ben Laden le 12 juillet 2001 pour négocier un tel accord ? ('CIA rejects claim it sought Osama deal before 9/11', Reuters, vendredi 14 novembre 2003 dans L'Idiot ; 'CIA sought deal with Osama', Hi Pakistan, lundi 17 novembre 2003 dans L'Idiot).

Pourquoi, presque deux ans après les attentats, la Securities Exchange Commission (l'organe de régulation et de surveillance de la Bourse américaine) n'a-t-elle toujours pas rendu de rapport sur les mouvements suspects, observés plusieurs jours avant le 11 septembre, ayant porté sur les titres des compagnies aériennes (ainsi que sur ceux de leurs assureurs) touchées directement par les attentats ?

Pourquoi les membres de la famille Ben Laden, résidant aux Etats-Unis au moment des attentats, ont-ils été exfiltrés discrètement vers l'Arabie Saoudite quelques jours après les attentats, alors qu'ils auraient dû être interrogés ? Pourquoi, en revanche, près de 2000 personnes n'ayant, peut-être, aucun lien avec les attentats du 11 septembre, ont-elles été arrêtées est mises en détention pour des durées indéfinies, sans qu'elles aient eu droit de voir un avocat, de connaître les charges retenues contre elles, ni de prévenir leurs proches ? Deux ans après les attentats, combien d'entre elles sont encore en détention ? (La famille Ben Laden a obtenu de la Maison Blanche l'autorisation exceptionnelle de quitter le territoire américain au lendemain des attentats du 11 septembre. L'ancien expert anti-terroriste de la Maison Blanche, Richard Clarke, a déclaré dans le Magazine Vanity Fair, que l'administration Bush avait autorisé les membres de la famille Ben Laden, présents sur le sol américain au moment des attentats, à quitter les Etats-Unis. Quatre vols, avec près de 140 Saoudiens, dont 25 membres de la famille Ben Laden, sont partis pour l'Arabie Saoudite au lendemain du 11 septembre, sans avoir été interrogés par le FBI. Le FBI aurait donné son feu vert pour une telle opération - Voir "Bin Laden Family allowed 9/11 leave", United Press International dans The Washington Times - 2 septembre 2003, 3 septembre 2003 dans L'Idiot ; 'White House Approved Departure of Saudis After Sept. 11, Ex-Aide Says', de Eric Lichtblau dans The New York Times, vendredi 5 septembre 2003 dans L'Idiot- ; - Voir aussi 'Who let Saudis flee after 9/11 ?', de JEFFREY J. CONNAUGHTON dans The Boston Globe, mercredi 1er octobre 2003 dans L'Idiot).

La plupart des spécialistes du Moyen-Orient ont-t-ils raison de dire qu'Osama Ben Laden entretient toujours des liens très étroits avec sa famille et d'éminents membres du régime saoudien (notamment avec le Prince Turki al Faisal, frère du roi Fahd, qui dirigeait les services secrets saoudien jusqu'en août 2001 ; voir le Los Angeles Times - 18 novembre 2001) ? Existe-t-il toujours des liens d'affaire étroits entre la famille Bush et Ben Laden ? Combien de fois le père de Bush a-t-il rencontré le père de Ben Laden, d'autres membres de sa famille ou leurs représentants au cours des années 80 et 90 ? Quels sont les liens financiers unissant les deux familles ? Ben Laden a-t-il cessé d'être un agent de la CIA ? (voir sur ces questions l`ouvrage de Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié, 'Ben Laden, La Vérité Interdite', Denoël, 2001).

Est-il vrai, comme l'a rapporté le journal britannique, The Guardian (7 novembre 2001 - 'FBI claims Bin Laden inquiry was frustrated' - by Greg Palast and David Pallister), que les services secrets américains se sont plaints d'avoir été empêchés d'enquêter sur les membres de la famille Ben Laden avant les attentats, ainsi que sur la possible implication de certains membres de la famille royale saoudienne et du gouvernement saoudien dans le développement du programme nucléaire pakistanais ?

Est-il vrai, comme il l'affirme lui-même, que le juge américain, David Philip Schippers, ait prévenu de nombreux sénateurs et représentants américains, ainsi que John Ashcroft, ministre de la justice, un mois et demi avant le 11 septembre, de l'imminence d'attentats sur Manhattan et Washington, orchestrés par des terroristes liés à Ben Laden à l'aide d'avions suicides ? (Voir dans New American, 28 janvier 2002, de William Jaspers, l'article intitulé 'OKC Bombing : Precursor to 9-11 ?' ; sur le site Infowars, 10 octobre 2001, l'interview de Schippers, intitulé 'Government Had Prior Knowledge' ; sur WorldNet Daily, 21 octobre 2001, l'article intitulé 'David Schippers Tells Metcalf Feds ignored warnings of WTC attacks'). De qui David Philip Schippers tenait-il ses informations ?

Pourquoi John Ashcroft a-t-il cessé de prendre des avions de ligne en juillet 2001 arguant de menaces non identifiées ?

Pourquoi George Bush a-t-il demandé au leader de la majorité sénatoriale, Tom Daschle, de limiter l'enquête sur les événements du 11 septembre à une enquête sur les failles des services de renseignements ? Pourquoi George Bush a-t-il refusé, jusqu'en décembre 2002 et jusqu'à ce que les familles des victimes le menacent de porter l'affaire en justice, qu'une véritable commission d'enquête soit désignée, préférant laisser les comités de surveillance du Sénat et de la Chambre des Représentants mener l'enquête ? (Voir CNN, 20 janvier 2002, 'Bush asks Daschle to limit Sept. 11 probes' ; Newsweek, 4 février 2002, 'The Battle Back Home'). Pourquoi Bush s'est-il opposé à la publication intégrale du rapport conjoint des comités de surveillance du Sénat et de la Chambre des Représentants ?

Pourquoi Bush refuse-t-il d'augmenter le budget déjà épuisé de la commission d'enquête nommée en décembre 2002, alors que ses travaux viennent de commencer ? (L'administration Bush, opposée pendant longtemps à la constitution de toute commission d'enquête sur le 11 septembre, semble faire aujourd'hui tout son possible pour enterrer les travaux de la commission qui ont commencé en décembre 2002. Un rapport intérimaire de la commission souligne les difficultés rencontrées par celle-ci dans le déroulement de l'enquête. La commission dénonce, tout particulièrement, l'attitude d'obstruction du Pentagone et du ministère de la justice qui bloqueraient l'accès de la commission à de très nombreuses informations jugées vitales (Voir "Wrestling for the Truth of 9/11", New York Times - 9 juillet 2003 dans L'Idiot). La commission parle même d'intimidation exercée sur les témoins. Cette intimidation, résulterait de l'obligation faite à la commission d'interroger tout membre de l'administration en présence d'un représentant de cette même administration ("9/11 Panel Complains Some Agencies Are Slowing Inquiry", de Brian Knowlton, International Herald Tribune - 8juillet 2003, 9 juillet 2003 dans L'Idiot). La commission se plaint également de n'avoir obtenu aucune réponse du NORAD (organisme chargé de la sécurité aérienne au moment des attentats) ainsi que d'autres branches de l'administration, comme le Joint Chief of Staff ("Panel Probing 9/11 Issues Progress Report", de Tabassum Zakaria , Reuters - 9 juillet 2003 dans L'Idiot). La commission enquêtant sur le 11 septembre, soulignant l'absence de coopération de l'autorité américaine chargée du contrôle aérien (Federal Aviation Administration) a décidé de lui enjoindre officiellement de produire les documents réclamés ('Sept. 11 Panel Subpoenas FAA, Citing Failure to Produce Records', de Laurence Arnold dans AP, vendredi 17 octobre 2003 dans L'Idiot).

La commission chargée d'enquêter sur le 11 septembre est-elle vraiment indépendante ? (Elle a pour directeur exécutif un certain Philip Zelikow. Celui-ci est un historien reconnu qui a travaillé étroitement avec Condoleezza Rice, la conseillère de Bush pour la sécurité nationale. En octobre 2001, Philip Zelikow était nommé par Bush membre du Foreign Intelligence Advisory Board, un organisme chargé de conseiller le Président sur les affaires sensibles. C'est donc un proche de Bush qui a été choisi pour diriger l'enquête sur les attentats du 11 septembre -Voir "Probing 9/11" de David Corn dans The Nation, 19 juin 2003, le 25 juin 2003 dans l'Idiot-. La commission d'enquête sur les attentats du 11 septembre est présidée par Thomas Kean (le directeur exécutif est Philip Zelikow) ; il entretient des liens d'affaire étroits avec la famille Ben Laden et la famille Ben Mahfouz. Ce dernier est considéré comme l'un des principaux bailleurs de fonds du terrorisme islamique dans le monde -Voir "Who's Who on the 9/11 "Independent" Commission" de Michel Chossudovsky, dans Global Research on Globalization - 18 juillet 2003 dans L'Idiot-. Un certain nombre de membres des familles des victimes des attentats demandent que Zelikow quitte ses fonctions en raison de ses nombreux liens avec l'administration Bush -Voir '9/11 Panel Director Has Conflict of Interest', United Press International -US-, mardi 7 octobre 2003 dans L'Idiot ; 'Sept. 11 Panel Defends Director's Impartiality', de Dan Eggen dans The Washington Post, mardi 14 octobre 2003 dans L'Idiot).

Est-il vrai que l'association des avocats américains ait menacé de radiation les avocats qui défendraient de manière trop agressive les familles des victimes souhaitant se retourner contre l'Etat Fédéral, New York, les compagnies aériennes, etc… ? (Voir L'Effroyable Imposture de Thierry Meyssan, page 96, Carnot, 2002).

N'est-il pas troublant que pour bénéficier des indemnisations prévues par l'administration Bush, les familles des victimes du 11 septembre doivent impérativement signer un document au terme duquel elles s`engagent à ne pas poursuivre en justice l`administration, les companies aériennes ou toutes autres personnes physiques ou morales ayant un lien avec les attentats ? (73 familles de vicitimes ont refusé de recevoir l`argent et s'apprêtent à commencer une vague de poursuites judiciaries. Le délai pour les indemnisations est désormais expiré. Voir "Families sue U.S., reject 9/11 `bribe'", de Tim Harper dans The Toronto Star, mercredi 24 décembre 2003 dans L`Idiot).

Pourquoi Mahmoud Ahmad, président des services secrets pakistanais au moment des attentats, et soupçonné d'avoir transféré 100 000 $ au chef présumé des attentats du 11 septembre, Mohammed Atta, n'a-t-il pas fait l'objet de poursuites de la part du Pakistan ou des Etats-Unis qui n'ont pas demandé son extradition ? Pourquoi les Etats-Unis n'ont-ils pas réclamé l'ouverture d'une enquête sur les liens supposés entre Mahmoud Ahmad et l'un des responsables des attentats du 11 septembre ? ("India helped FBI trace ISI terrorist links" de Joshi Manoj, Times of India, 9 octobre 2001.Voir également l'Article de L'Idiot du Village intitulé 'Le 11 septembre et les services secrets pakistanais').

L'écrivain américain Gerald Posner a-t-il raison de mettre en cause des personnalités éminentes du Pakistan et de l'Arabie Saoudite dans la préparation des attentats du 11 septembre ('Why America Slept : The Failure to Prevent 9/11', Random House). (Il se base sur des informations obtenues auprès d'un agent de la CIA et d'un membre du gouvernement Bush. D'après lui, un membre éminent d'Al-Quaïda, Zabaydah, affirme que trois princes saoudiens et un officier Pakistanais étaient au courant de la préparation des attentats. L'un des trois princes Saoudiens est Ahmed Bin Salman Bin Abdul Aziz, le neveu du roi Fahd et un magnat de l'édition saoudienne. Le Pakistanais est Ali Mir, en charge de l'armée de l'air pakistanaise (Air Marshal). D'après le livre, les deux princes auraient servi d'intermédiaires pour financer les Talibans et Al-Quaïda, en échange de la promesse faite à l'Arabie Saoudite qu'elle ne subirait pas d'attaque terroriste de leur part. Interrogés par les services secrets américains en juillet 2002, les quatre suspects sont depuis morts dans des circonstances curieuses. Le prince Ahmed est mort à l'âge de 43 ans d'une crise cardiaque en juillet 2002. Le lendemain mourrait le deuxième prince d'un accident de la route. Une semaine plus tard c'était au tour du troisième de mourir dans des circonstances non éclaircies. Enfin, sept mois plus tard, l'Air Marshal Pakistanais trouvait la mort dans un accident d'avion -Voir "Did Saudis know of 9-11 plot ?", de RICHARD PYLE de l'Associated Press dans Newsday, 2 septembre 2003 ; le 3 septembre 2003 dans L'Idiot).

Pourquoi le comité du renseignement sénatorial américain a-t-il décidé de ne pas demander la déclassification des pages du rapport, publiée le 24 juillet 2003, sur les attentats du 11 septembre (établi par le panel conjoint des comités de renseignement de la Chambre des Représentants et du Sénat) censurées par la Maison Blanche et portant vraisemblablement sur l'implication de membres éminents du régime saoudien dans les attentats ? ('Panel won't seek to declassify 9/11 documents', de Ken Guggenheim dans Associated Press, The Boston Globe, lundi 15 septembre 2003 dans L'Idiot.) (La Maison Blanche a confirmé sa volonté de ne pas procéder à la déclassification demandée par un certain nombre de Sénateurs et de Représentants Américains, Démocrates et Républicains -'White House Not to Declassify More of 9/11 Report', Reuters, mercredi 1er octobre 2003 dans L'Idiot).

Un juge fédéral américain n'a-t-il pas abandonné les poursuites judiciaires engagées contre deux membres éminents du régime saoudien, sous prétexte que les juridictions américaines ne seraient pas compétentes pour les juger ? (Il s`agissait de l`ancien président des services secrets saoudiens et du ministre de la défense. Ces poursuites avaient été engagées à la demande des familles des victimes -'US drops 9/11 suit against Saudis', Aljazeera -Qatar-, lundi 17 novembre 2003).

Pourquoi personne n'a été sanctionné, ni au FBI, ni à la CIA, ni dans aucune administration chargée de la sécurité des citoyens américains, alors même que l'incompétence des services de sécurité a été mise en avant pour expliquer leur inaction et leur impuissance avant et au moment des attentats ? (Thomas Kean, le président de la Commission sur le 11 septembre a déclaré publiquement que les attentats auraient du et pu être évités si les personnes en charge de la sécurité du pays avaient convenablement fait leur travail, notamment celles travaillant au FBI sur le terrain et dans les rouages intermédiaires de la hiérarchie. Kean s`est gardé d`accuser le Président des Eats-Unis ou des members de l`administration Bush -Voir "9/11 Chair : Attack Was Preventable", CBS News -US- jeudi 18 décembre 2003 dans L`Idiot du Village ; "Chief of Sept. 11 Panel Assesses Blame but Holds Off on Higher-Ups", de PHILIP SHENON, dans The New York Times, vendredi 19 décembre 2003 dans L`Idiot).

Pourquoi 17 000 soldats américains ont-ils rejoint 23 000 soldats de l'OTAN en Egypte au début de septembre 2001 ? Pourquoi 25 000 soldats anglais s'entraînaient-ils dans l'Emirat d'Oman quelques jours avant le 11 septembre ? La Guerre contre l'Afghanistan n'avait-elle pas été planifiée depuis au moins décembre 2000 par les néo-conservateurs américains (voir à ce sujet l'article du journaliste canadien, Eric Margolis, dans le Toronto Sun, en date du 4 décembre 2000) ? L'armée américaine et l'armée anglaise n'étaient-elles pas prêtes à attaquer l'Afghanistan dès septembre 2001 (début des opérations militaires d'envergure le 7 octobre) ?

Pourquoi Salman Rushdie a-t-il reçu l'ordre de l'Administration Aérienne Américaine (FFA) de ne pas prendre d'avion de ligne effectuant des trajets à l'intérieur des Etats-Unis et du Canada, une semaine avant les attentats ("Rushdie's air ban" de James Doran dans The Times/London - 27 septembre 2001) ?

Pourquoi, 8 heures avant les premiers détournements d'avions, le maire de San Francisco, Willie Brown, a-t-il reçu de son personnel de sécurité, le conseil de ne pas prendre d'avion de ligne ce matin là, alors qu'il avait prévu de s'embarquer pour New York ("Willie Brown got low-key early warning about air travel", de Phillip Matier et Andrew Ross dans San Francisco Chronicle - 12 septembre 2001 ; Counterpunch - 14 septembre 2001) ?

Le maître à penser des néo-conservateurs, le philosophe Léo Strauss, n'a-t-il pas émis l'idée que l'ordre politique ne pouvait demeurer stable que s'il était unifié par une menace extérieure, et qu'en l'absence d'une telle menace, les élites dirigeantes, autorisées à manipuler le peuple et à lui mentir, devait la créer de toute pièce (Voir le livre intitulé 'Leo Strauss and The American Right', de Shadia Drury ; voir aussi l'article de James Zogby dans Media Monitors Network, en date du 1 juillet 2003, 'How The Neo-Cons Operate') ? Cette philosophie ne permet-elle pas d'éclairer d'un jour particulier certains passages troublants du rapport remis par Donald Rumsfeld en janvier 2001 sur la sécurité spatiale américaine : « L'histoire est pleine de ces situations dans lesquelles on a ignoré les avertissements et on a résisté aux changements jusqu'à ce qu'un événement extérieur, jugé jusque là improbable, vienne forcer la main des administrations réticentes. La question qui se pose est donc de savoir si les Etats-Unis auront la sagesse d'agir de manière responsable et de réduire au plus vite leur vulnérabilité spatiale, ou si, comme cela a déjà été le cas dans le passé, le seul événement capable de souder les énergies de la nation et de forcer le gouvernement des Etats-Unis à agir, soit une attaque dévastatrice contre le pays et sa population, un Pearl Harbor spatial » (Report of The Commission to Assess US National Security Space Management and Organization, le 11 janvier 2001, www.dod.mil/pubs/space20010111.html) ?

Pourquoi aucun média occidental, à l'exception du Toronto Star, ne s'est-il fait l'écho de la troublante affaire Vreeland ? Le lieutenant Delmart Edward Vreeland, prétendant travailler pour les services secrets de la marine américaine, a-t-il remis aux autorités canadiennes, le 12 août 2001, une enveloppe sous scellées (qui ne sera ouverte par les autorités canadiennes que le 14 septembre 2001) contenant la description détaillée des attentats de Manhattan ? Pourquoi Edward Vreeland a-t-il été arrêté par les autorités canadiennes et mis en prison pour fraude à la carte bancaire ? Est-il toujours en prison ? (Voir les quatre articles de Nick Pron du Toronto Star : Did This Man Predict Sept. 11 ? - 23 octobre 2001 ; US Looks Into Inmate'story, Jail Man Said He Tried To Warn About Attacks - 25 octobre 2001 ; Plot To Murder Judge May Never Have Existed - 31 octobre 2001 ; Was Ambassy Worker Poisoned - 21 janvier 2002).

Quelles étaient les informations contenues dans le rapport de la CIA remis à George Bush le 6 août 2001, rapport intitulé « Ben Laden déterminé à frapper aux Etats-Unis » ('Bin Laden Determined to Strike in US') ? Pourquoi l'administration Bush refuse-t-elle de déclassifier le document, si, comme elle le prétend, il ne contient aucune information d'importance ? (Newsweek - 27 mai 2002 ; The New York Times - 15 mai 2002). (La Commission et la Maison Blanche ont finalement conclu un accord portant sur la mise à disposition des documents classés "secret-défense" (Presidential Daily Briefs) réclamés par la Commission depuis plus d`un an et demi (notamment le document remis à George Bush le 6 août 2001 portant sur l'imminence d'une attaque terroriste d'envergure sur le sol américain organisée par Ben Laden à l'aide d'avions détournés). D'après ce que l'on connaît de cet accord, demeuré secret, seulement quatre membres de la Commission auraient accès, partiellement, aux documents controversés ; ces membres ne seraient pas autorisés à faire de déclaration à propos de ces documents sans l`aval de la Maison Blanche. Les familles des victimes ne s'estiment pas satisfaites par un tel accord qu'elles jugent trop favorable à la Maison Blanche ('What did Bush know before 9/11 attacks ?', By TIM HARPER from The Toronto Star, vendredi 14 novembre 2003, '9/11 families critical of document access deal', de Laurence Arnold dans Associated Press, vendredi 14 novembre 2003 dans L'Idiot).

Quelle crédibilité accorder aux propos de Condoleezza Rice d'après lesquels il n'était pas imaginable, avant les attentats du 11 septembre, de penser que des terroristes puissent avoir l'idée d'utiliser des avions de ligne comme des bombes ? (White House - 16 mai 2002 : "I don't think anybody could have predicted that these people would take an airplaine and slam it into the Worl Trade Center, take another one and slam it into the Pentagon, that they would try to use an airplaine as a missile"). En 1994, des terroristes du GIA n'avaient-ils pas tenté de détourner un avion de ligne pour l'écraser sur la Tour Eiffel ? Condoleezza Rice pouvait-elle ignorer les détails du Projet Bojinka qui n'avait plus de secrets pour le FBI et la CIA ? (en 1995, des terroristes islamiques, appartenant au réseau Al-Quaïda, sont arrêtés par la police Philippine. On retrouve dans leurs affaires les détails d'un plan d'attaque contre les Etats-Unis prévoyant le détournement d'avions de ligne américains afin de les écraser sur le World Trade Center, le Pentagone et le siège de la CIA. (Agence France Press, 'Western Intelligence knew of Laden plan since 1995', 7 décembre 2001, dans l'Hindustan Times ; Newsbreak Weekly, 15 novembre 2001, de Raphael Garcia, 'Decoding Bojinka' ; de John Cooley, 'Unholy Wars : Afghanistan, American and International Terrorism', Pluto Press, London, 1999, page 247 ; The Washington Post, le 23 septembre 2001 citant un enquêteur Philippin : 'We told the Americans everything about Bojinka. Why didn't they pay attention ?').

Est-il vrai que cinq des présumés terroristes du 11 septembre ont reçu une formation de pilotage sur des bases militaires américaines dans les années 1990 ? (Newsweek, 15 septembre 2001, 'Alleged Hijackers May Have trained at US Bases').

Pourquoi la sécurité aérienne des Etats-Unis n'a-t-elle pas été renforcée dans les semaines précédent les attentats, alors que les services secrets de très nombreux pays (dont ceux de la France, de l'Allemagne, d'Israël et de l'Egypte) avaient informé leurs homologues américains de l'imminence d'attaques terroristes sur leur territoire et que le FBI et la CIA possédaient également de très nombreuses informations allant dans ce sens, à la veille des attentats ? (En juin 2001, les services de renseignement allemands ont signalé aux services de renseignement des Etats-Unis, d'Angleterre et d'Israël de l'imminence d'une attaque terroriste contre des symboles américains et israéliens au moyen d'avions détournés et utilisés comme des armes. L'article de Paul Thompson mentionne l'ensemble des renseignements fournis aux Etats-Unis, par les services de renseignement étrangers, sur la préparation des attentats dans les mois précédant leur exécution -'Foreign Intelligence Warnings', de Paul Thompson dans The Center For Cooperative Research -US-, jeudi 11 septembre 2003 dans L'Idiot). (D'après le magazine allemand Stern, les services secrets allemands auraient informé la CIA, en mars 1999, que l'étudiant Marwan al-Shehhi entretenait des liens étroits avec Mohammed Haydar Zammar, un membre éminent du réseau Al-Quaïda en Allemagne. Al Shehhi était l'un des preneurs d'otages du 11 septembre. Zammar était sous surveillance des services secrets allemands et américains depuis 1993. Les services secrets allemands ont communiqué à la CIA les détails personnels d'al-Shehhi ainsi que son numéro de téléphone portable. Les deux services ont alors surveillé ensemble les deux suspects. Cependant, la CIA n'aurait pas communiqué ces informations au FBI pour une raison inconnue. Le futur preneur d'otages serait entré sans problème aux Etats-Unis en mai 2000 pour prendre des cours de pilotage. Prenant la défense de la CIA, un rapport du gouvernement américain de juillet 2003, accuse les services secrets allemands d'avoir empêché les services secretsaméricainsde surveiller les suspects, pour des raisons légales et en raison du peu d'intérêt qu'aurait manifesté le gouvernement allemand dans lutter contre le terrorisme. Ces accusations sont jugées sans fondement et qualifiées de ridicules par le gouvernement allemand -"Germany Warned CIA about September 11 terror Pilot" Bloomberg -14 août 2003 ; le 20 août 2003 dans L'Idiot ; Stern - 14 août ; Indian Express - 21 août 2003). (Voir également "The White House had (at least) 28 advanced Inteeligence Warningprior to 9/11" par Eric Smith dans Global Research, le 11 février 2004 ; "US Intelligence received warnings of terrorist attacks from Randy Glass", par Paul Thompson, dans Center for Cooperative Research, 3 février 2004 dans L'Idiot). ("Germany trials hears how Iranian agent warned US of impending 9/11 al Qaida attack" par Ben Aris dans The Guardian, 24 janvier 2004, le 26 janvier 2004 dans L'Idiot).

Pourquoi Bush a-t-il autorisé, au lendemain du 11 septembre, tout président des Etats-Unis, présent, ancien ou à venir, à bloquer l'accès à tous les documents émanant de la Maison Blanche ? (The Guardian - 2 novembre 2001, 'Bush Block Public Access to White House Papers'). Pourquoi la MaisonBlancherefuse-t-elle de rendre public ou de communiquer au Congrès américain les documents qui permettraient de savoir ce que GeorgeBush lui-même savaitavant le 11 septembre sur la préparation des attentats ? (Newsweek - 22 septembre 2002).

L`attitude du President George Bush n`a-t-elle pas été curieuse durant cette journée du 11 septembre 2001 ? (Article résumant l'emploi du temps du Président américain lors de la journée du 11 septembre 2001 et pointant du doigt les contradictions entre les différentes versions officielles de cette journée présidentielle -'9/11 : Where Was George ?', de Eric Alterman dans The Nation -US-, mardi 7 octobre 2003 dans L'Idiot). ('Answers Please, Mr Bush', de Michael Moore dans The Guardian, mardi 7 octobre 2003 dans L'Idiot). ("An interesting day : President Bush's movements and actions on 9/11" de Allan Wood et Paul Thompson sur Center for Cooperative Research, http://www.cooperativeresearch.org/index.html, 9 mai 2003).

Donald Rumsfeld, ne cherchait-il pas, sans succès jusqu'au 11 septembre, à convaincre le Congrès américain de la nécessité de débloquer des sommes considérables pour son projet controversé de développement d`armes spatiales ?

Le Président des Etats-Unis Eisenhower n'avait-il pas raison de mettre en garde les Américains contre les dangers d'une mainmise du complexe militaro-industriel sur la politique américaine ? (Voir son discours d'adieu du 17 janvier 1961) Le procureur Jim Garrison, à l'issue de son enquête sur l'assassinat de Kennedy, n'avait-il pas déclaré être terrifié par sa découverte que la CIA et le Pentagone dirigeant, de fait, les USA ? ('In a very real and terrifying sense, our Government is the CIA and The Pentagon, with Congress reduced to a debating society'. Octobre 1967).

George Bush n'est-il pas le fils d'un ancien Président des Etats-Unis, lui-même ancien dirigeant de la CIA ? Bush, père et fils, n'ont-ils pas des intérêts personnels dans l'industrie pétrolière texane, ainsi que dans celle de l'armement (à travers le groupe Carlyle) ? N'est-ce pas aussi le cas de la plupart des membres de l'administration Bush et des néoconservateurs ? (le vie-président, Dick Cheney, a été président de la société Halliburton, leader mondial des services pétroliers et principal bénéficiaire des contrats pétroliers Irakiens ; Condoleezza Rice a été neuf années au service de la société de prospection pétrolière Chevron ; le secrétaire au Commerce, Donald Evans a accompli presque toute sa carrière professionnelle au sein du secteur pétrolier ainsi que Spencer Abraham, le secrétaire à l'Energie et Kathleen Cooper, sous-secrétaire au Commerce. Voir, pour plus de détails, le livre 'Ben Laden, La vérité interdite', de Jean-Charles Brisard et Guillaume Dasquié -Denoël, 2001- page 71).

Dans le livre de Zbigniew Brzezinski, Le Grand Echiquier, considéré comme la bible de la géostratégie américaine par les néoconservateurs qui semblent en suivre les lignes directrices à la lettre, ne lit-on pas : 'With warnings signs on the horizon across Europe and Asia, any successful American policy must focus on Eurasia as a whole and be guided by a geostrategic design [...] That puts a premium on maneuver and manipulation in order to prevent the emergence of a hostile coalition that could eventually seek to challenge America's primacy [...] The most immediate task is to make certain that no state or combination of states gains the capacity to expel the Unites States from Eurasia or even to diminish significantly its decisive arbitration role [...] Moreover, as America becomes an increasingly multi-cultural society, it may find it more difficult to fashion a consensus on foreign policy issues, except in the circumstance of a truly massive and widely perceived direct external threat [...] The attitude of the American public toward the external projection of American power has been much more ambivalent. The public supported America's engagement in World War II largely because of the shock effect of the Japanese attack on Pearl Harbor' (The Gran Chessboard : American Primacy and the Geostrategic Imperatives - 1997) ?

L'obsession des faucons et des néoconservateurs américains n'est-elle pas d'empêcher l'émergence d'une puissance capable de rivaliser avec les Etats-Unis ? (Voir les documents du Pentagone attribués à Paul Wolfowitz et Lewis Libby, mentionnés par le New York Times dans son édition du 8 mars 1992 et d'après lesquels les Etats-Unis 'must maintain the mechanisms for deterring potential competitors from even aspiring to a larger regional or global role' ; voir aussi le Washington Post, 22 mars 1992, The Times, 25 mai 1992, The Observer, 7 avril 2002). L'une des clefs de la puissance mondiale ne réside-t-elle pas dans le contrôle des espaces territoriaux et des richesses énergétiques de l'Eurasie comme l'affirme Zbigniew Brzezinski ? Ce dernier, ne considère-t-il pas l'Afghanistan comme l'un des pivots géostratégiques majeurs de l'Eurasie ?

Les attentats du 11 septembre n'ont-ils pas permis aux faucons américains de mettre en oeuvre leur agenda géostratégique en justifiant, auprès du public américain, la militarisation de la politique étrangère des USA, l'invasion de l'Afghanistan et celle de l'Irak ? (concernant l'agenda des néoconservateurs à propos de l'Irak il faut citer : le document intitulé 'A clean Break : A new Strategy for Securing the Realm' rédigé par Richard Perle en 1996 afin de soutenir la politique du Likoud et prônant ouvertement une intervention militaire contre l'Irak -The Guardian, 3 septembre 2002 ; une lettre du cercle de réflexion néoconservateur, The Project for The New American Century (PNAC), demandant à Bill Clinton d'engager rapidement un conflit armé contre l'Irak afin de renverser Saddam Hussein, sans demander l'avis de l'ONU. 10 des 18 signataires de la lettre sont aujourd'hui membres de l'administration Bush. Voir le Sunday Herald, 16 mars 2003 ; The New York Times, le 22 mars 2003).

Les attentats du 11 septembre n'ont-ils pas permis aux Etats-Unis d'installer des bases militaires en Asie Centrale (Uzbekistan et Kirgystan) au détriment de l'influence traditionnelle de la Russie (et d'offrir une assistance policière et militaire à d'autres pays d'Asie Centrale, notamment au régime totalitaire du Turkménistan), d'étendre leur coopération militaire avec l'Indonésie et les Philippines, d'opérer un spectaculaire rapprochement avec les pays de l'ancien bloc de l'Est au détriment de l'Union Européenne (ces pays étant peu à peu intégrés à l'OTAN), de s'installer militairement en Afrique (Golf de Guinée, Tchad et certainement bientôt en Afrique du Nord) au détriment de la France (qualifiée « d'ennemi stratégique des Etats-Unis » par Michael Ledeen, l'un des principaux conseillers de Karl Rove, la tête pensante de George Bush en matière de politique étrangère ; voir l'article de Jim Lobe dans Asia Times, 26 juin 2003, 'Veteran neo-con advisor moves on Iran'), de s'ouvrir de nouveaux marchés pour l'exportation d'armes, de s'octroyer de nombreux chantiers industriels et/ou pétroliers dans les pays occupés, de diversifier leur sources d'importation énergétique au détriment à la fois de l'Arabie Saoudite, jugée peu fiable et instable, et de l'OPEP ?

Les attentats du 11 septembre n'ont-ils pas été une formidable aubaine pour la société pétrolière et gazière américaine Unocal qui négociait, sans succès, depuis de nombreuses années avec les Talibans la création d'un pipeline gazier devant traverser l'Afghanistan ? L'envoyé spécial, Zalmay Khalilzad, détaché par l'administration Bush auprès du gouvernement afghan pour représenter Washington, n'est-il pas un ancien cadre d'Unocal ? Le Président afghan, Hamid Karzaï, nommé par Washington à l'issue de la guerre, n'était-il pas lui aussi un ancien employé d'Unocal ? (l'Afghanistan, le Turkmenistan et le Pakistan ont signé en décembre 2002 un accord de coopération prévoyant la construction du pipeline tant espéré. La société Unocal prétend aujourd`hui ne plus être intéressée par le projet. Voir PakNews, 28 December 2002, 'Agreement on 3.2 billion gas pipeline project signed').

Henry Kissinger, choisi par Bush pour présider la commission d'enquête du Congrès américain sur les attentats du 11 septembre, n'était-il pas l'un des consultants choisis par la société Unocal pour lui permettre de faire avancer le projet de pipeline en Afghanistan ? (devant le tollé que suscita sa nomination, Henry Kissinger dû décliner l'offre de présider la commision d'enquête) (Voir l'article de P. Stobdan, 'The Afghan Conflict and Regional Security' dans Strategic Analysis [ISDA], août 1999).

Qui a commandité l'assassinat du Commandant Massoud, tué deux jours avant les attentats du 11 septembre ? Le commandant Massoud n'était-il pas un opposant déclaré de la présence américaine dans son pays ?

Pourquoi l'administration américaine a-t-elle soutenu le régime Taliban, au moins jusqu'en 2000, en lui fournissant, à travers le canal des services secrets pakistanais (l'ISI), financement et armes pour lutter, notamment, contre l'Alliance du Nord du Commandant Massoud ? ('It's all about oil', dans The San Francisco Chronicle, 2 novembre 2001, par Ted Rall ; 'US Taliban Policy Influenced by Oil', Inter Press Service, 16 novembre 2001, par Julio Godoy). N'était-ce pas, notamment, parce que l'administration américaine voyait dans le régime Taliban, le seul mouvement politique structuré capable de stabiliser la région et de permettre la réalisation du projet pétrolier d'Unocal ?

Quel était l'objet de la dernière rencontre entre les Talibans et les USA en août 2001 ? L'analyste français, Jean-Charles Brisard, a-t-il raison de dire que durant cette rencontre les Américains auraient menacé les Talibans d'un tapis de bombes s'ils refusaient leur offre d'un tapis d'or ? Ce tapis d'or aurait-il été offert aux Talibans contre l'assurance d'obtenir de leur part la constitution d'un gouvernement d'unité nationale plus large, avec lequel les Etats-Unis auraient pu négocier [la construction du pipeline], sans encourir la réprobation internationale, comme l'a affirmé Niaz Naik, le ministre des affaires étrangères pakistanais, en novembre 2001 ? (Voir 'US Taliban Policy Influenced by Oil', Inter Press Service, 16 novembre 2001, par Julio Godoy).

N'est-il pas troublant que la porte-parole/chargée de communication des Talibans auprès de Washington ait été Leili Helms, la nièce de Richard Helms, un ancien dirigeant de la CIA ? ('US Taliban Policy Influenced by Oil', Inter Press Service, 16 novembre 2001, par Julio Godoy). Est-elle toujours au service de certains Talibans ? Quand a-t-elle cessé de travailler pour les Talibans ?

N'est-il pas troublant d'apprendre que les Etats-Unis continuent, aujourd'hui encore, de négocier avec les Talibans chassés de Kaboul ? (Asia Times, 'US turns to the Taliban' by Syed Saleem Shahzad - 14 juin 2003 ; voir l'Idiot du Village, Quinzaine Asie/Pacifique du 21 mai au 18 juin 2003).

Les attentats du 11 septembre n'ont-ils pas été une formidable nouvelle pour les vendeurs d'armes américains qui ont vu le budget militaire des Etats-Unis augmenter de 40%, les fonds nécessaires au développement des armes spatiales débloqués sans discussion par le Congrès américain et la conclusion d'innombrables contrats militaires dans le cadre des deux guerres lancées par l'administration Bush ?

Les attentats du 11 septembre n'ont-ils pas été une formidable nouvelle pour George Bush, mal élu et empêtré dans les affaires au moment des attentats (notamment l'affaire Enron) ?

La technologie Global Hawk (drone), développée par le Pentagone, permet-elle la prise de contrôle en plein vol d`un avion de ligne qui en serait équipé et permet-elle de le diriger vers une balise radar ?

Certains membres du Pentagone n'ont-ils pas, dans le passé, imaginé de perpétrer des attentats sur le sol américain afin de mobiliser l'opinion publique en faveur d'objectifs géopolitiques américains ? (en 1962, le Pentagone présentait à Kennedy et au ministre de la défense, Robert MacNamara, un projet d'invasion de Cuba dénommé Opération Northwoods. Afin de justifier cette invasion, le rapport détaillant le projet, préconisait, notamment, de faire exploser un navire américain à Guantanamo Bay et d'attribuer l'attentat aux Cubains, de faire couler un bateau de réfugiés Cubains en route vers la Floride (soit réellement soit facticement), ou encore de créer un incident qui ferait croire qu'un avion cubain a abattu un avion de ligne américain. (Executive Intelligence Review, 12 Octobre 2001, l'article d'Edward Spannaus intitulé "When US Joint Chiefs Planned Terror Attacks on America").

Pourquoi ceux qui remettent en cause la version officielle des attentats du 11 septembre sont-ils qualifiés de révisionnistes par de grands médias occidentaux (accusations portées notamment contre le journaliste Thierry Meyssan par Le Monde et Le Nouvel Observateur) ? Pourquoi George Bush a-t-il qualifié de révisionnistes les personnes qui osaient mettre en doute sa politique étrangère (notamment à propos de l'Irak) ? S'agit-il de disqualifier tout propos critique de la politique étrangère américaine et de jeter de manière indirecte sur ses opposants l'anathème infamant d'antisémitisme ? (Voir les discours de George Bush à Annandale le 16 juin 2003 et à Elizabeth, New-Jersey, le 17 juin 2003, dans "Délires à Washington" de Jean Guisnel, chapitre 7, La Découverte, 2003).

Qu'est-ce qu'un complot ? N'est-ce pas un plan concerté mis en oeuvre par plusieurs personnes visant un objectif commun par des moyens illégaux ? N'y a-t-il eu aucun complot dans l'histoire des Etats-Unis ? L'assassinat de Kennedy n'était-il donc que l'acte d'un tireur isolé ? Le directeur de la CIA Richard Helms, n`avait-il pas reçu l`ordre direct de Nixon d`éliminer Allende, Président démocratiquement élu et de renverser son régime ? Est-il vraiment inimaginable que certains membres de l'administration américaine ait participé à l'organisation du complot islamique ou ait laissé faire un événement dont ils connaissaient, peut-être, l'essentiel des détails ? Ces hypothèses sont-elles farfelues ? Ne doit-on pas essayer de s'interroger au vu des éléments exposés ci-dessus ? Est-ce criminel de se poser ces questions ? Faisons-nous le jeu des islamiques en nous posant ces questions ? Ne défend-on pas, au contraire, nos systèmes démocratiques en nous posant ces mêmes questions à l'air libre des polémiques ?

Pourquoi aucun grand média occidental n'a-t-il mené une enquête critique sur le 11 septembre qui constitue pourtant un événement majeur dans les relations internationales ? (il faut toutefois mentionner deux exceptions notables : la première est une longue analyse mettant en cause la version officielle, publiée dans The Observer qui a reproduit l'opinion de l'intellectuel américain indépendant Gore Vidal -The Observer, le 27 Octobre 2002, The Enemy Within by Gore Vidal ; la seconde est un article du Toronto Star en date du 17 novembre 2002 qui ose poser le problème en termes polémiques : 'Getting the truth about 9/11 has seemed impossible. The evasion, the obfuscations, the contradictions and let's not put too fine a point on it, the lies have been overwhelming...The questions are endless. But most are not being asked -still- by most of the media most of the time...there are many people, and more by the minute, persuaded that, if the Bushies didn't cause 9/11, they did nothing to stop it'.).

N'est-il pas troublant que deux anciens ministres, jusque là respectables (Michael Meacher, ministre de l'environnement de Tony Blair, de mai 1997 à juin 2003, et Andreas von Bülow, ancien ministre de la Recherche et des Sciences du gouvernement d'Helmut Schmidt) épousent la thèse du complot ? ("This war on terrorism is bogus" de Michael Meacher dans The Guardian, le 6 septembre 2003 ; "La CIA et le 11 septembre" de Andreas von Bülow, cité dans Le Monde, 30 septembre 2003, "Le complot du 11 septembre fait recette en Allemagne", de Nicolas Bourcier et Georges Marion. Il convient cependant de noter que Michael Meacher se défend d`apporter sa contribution à la thèse du complot et dit ne faire que soulever des questions).

Les journalistes américains sont-ils libres de mener une enquête sur le 11 septembre ? (le journaliste vedette de CBS, Dan Rather, a déclaré à la BBC : 'There was a time in South Africa that people would put flaming tires around people's necks if they dissented. And in some ways the fear is that you will be necklaced here, you will have a flaming tire of lack of patriotism put around your neck. Now it is that fear that keeps journalists from asking the toughest of the tough questions'. The Guardian, le 17 mai 2002). (On notera que la plupart des opinions critiques sur le 11 septembre ont été publiées dans des journaux anglo-saxons non américains).

Est-on nécessairement anti-américain lorsque l'on se pose l'une des questions mentionnées ci-dessus ? Est-on donc nécessairement anti-français si l'on dénonce le rôle de la France dans le génocide rwandais ou le rôle de l'armée dans le complot ourdi contre Dreyfus ou le rôle d'un ancien Ministre de l'Intérieur dans le massacre d'Algériens en plein cœur de Paris ? Les Américains qui osent se poser ces questions sont-ils donc des traîtres à leur pays dignes du peloton d'exécution ?

La démocratie américaine est-elle mieux défendue par ceux qui se posent des questions sur les actions de leurs dirigeants ou par ceux qui les suivent avec un aveuglement patriotique ? Qui est plus digne de la république américaine, ceux qui considèrent les citoyens américains inaptes à affronter la vérité ou ceux qui veulent mettre les informations dont ils disposent, même les plus controversées, au centre du débat public ? Faut-il prendre le risque de couvrir des crimes, peut-être sans précédent, pour ne pas donner d'argument à ses ennemis ? Ces ennemis ont-ils besoins de ce genre d'arguments pour mener leur combat contre les démocraties ? Faut-il s'autocensurer pour ne pas risquer d'affaiblir nos démocraties ? La force de nos démocraties ne réside-t-elle pas dans leur capacité à surmonter pacifiquement leurs crises politiques ? Est-ce une faute de se poser ces questions ou est-ce un devoir ?

Les citoyens doivent-ils être cyniques ou sceptiques ? Nous prend-on pour des idiots ?

A cette dernière question nous répondrons sans hésiter : 'Oui'.

Guillaume de Rouville

(Première version - août 2003 ; deuxième version - février 2004)

Sources L'Idiot du Village

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans AL QAÏDA

Commenter cet article