LE MAROC ET LE MOSSAD - 2ème partie

Publié le par Nikita Colonna-Santana

Première Partie

Troisième Partie

Le Maroc et le mossad -2-

Hassan II, Descartes et l'Etat hébreu

Par Inès Bel Aiba (à PARIS) Younès Alami, Ali Amar & Aboubakr Jamaï


La longue et tumultueuse histoire des relations entre Israël et le Maroc est marquée par une émigration progressive des Juifs marocains vers la « Terre promise ». Une émigration tolérée à la veille de la création de l'Etat d'Israël dans les années 48-49, clandestine à l'orée de l'indépendance marocaine et monnayée à partir de 1961 par le gouvernement marocain néo-indépendant. Un processus ayant pour corollaire les circonvolutions inhérentes à la politique interne marocaine et à l'analyse du phénomène par un homme, le défunt Roi Hassan II.

De 1956 à 1961, le gouvernement marocain est dans une logique de durcissement quant à la liberté de circulation de ses ressortissants israélites. Des mesures restrictives accompagnées de brimades administratives (fin des relations postales entre les Etats) inquiètent fortement les gouvernements israéliens à cette période. Si les exactions commises à l'encontre de la minorité juive sont rares, Israël est dans une logique de peuplement de ses territoires, une logique dans laquelle la communauté marocaine constitue un réservoir important. C'est dans ce climat tendu que le prince Moulay Hassan, Premier ministre de fait, accomplit une visite au Caire, où il y rencontre le raïs Gamel Abdel Nasser qui lui promet soutien et collaboration, un rapprochement qui agace fortement l'Etat hébreu. Imaginer des solutions pour exfiltrer les ressortissants juifs devient dès lors une priorité pour Israël, mais la voie diplomatique devait être maintenue coûte que coûte. C'est dans ce cadre que l'éditeur français René Julliard organisa le 2 décembre 1959 une rencontre entre le consul d'Israël à Paris, Mordekhay Shneurson, et l'ambassadeur marocain Abdellatif Benjelloun.



Une discussion tendue s'engagea entre les deux hommes et le consul israélien, dans une lettre adressée au directeur de cabinet de la ministre des Affaires étrangères, conclut de la manière suivante : « Cet entretien prouve qu'il n'y a aucun bénéfice dans nos tractations actuelles avec les Marocains. Tous nos efforts n'aboutissent à rien, il ne reste que l'action ». La solution politique s'éloignait, elle sera ravivée quatre mois plus tard par un canal inattendu. L'opposant marocain Mehdi Ben Barka prendra attache avec les Israéliens dans un contexte politique national extrêmement tendu. En mars 1960, Ben Barka assurera les Israéliens de sa défiance envers le régime de Nasser et de son admiration pour le modèle socialiste israélien. Il demandera un soutien moral et financier dans sa lutte contre le régime de Hassan II. Dès lors, les officiels israéliens demeureront quatre mois durant dans une logique dubitative. Fallait-il maintenir le contact avec un gouvernement marocain fermé aux discussions ou envisager une solution alternative mais plus risquée avec l'opposition au régime ? La réponse viendra du prince Moulay Hassan qui jeta les ponts à une ouverture progressive des frontières pour les ressortissants juifs marocains. Moulay Hassan exigea la discrétion absolue sur le sujet et rencontra à Rabat l'envoyé officieux du gouvernement israélien, le représentant du Congrès juif mondial Alexandre Easterman. Le prince eut alors l'analyse suivante, une analyse à deux niveaux qui permettra d'amorcer les modalités définitives d'un accord entre les deux parties. D'un côté, il craignait que si les portes de l'émigration s'ouvraient, les Juifs ne quitteraient en masse le pays et par conséquent un grave problème économique se déclenche. Même si un petit nombre seulement de Juifs quittait le Maroc, ils seraient rapidement imités par d'autres, ce qui risquait de provoquer « une force grégaire ». Mais le futur Roi contrebalança cet argument par une analyse pragmatique sur l'avenir de la communauté juive au Maroc : « soyons réalistes, l'expérience nous a appris que dans le processus de développement de pays venant d'accéder à l'indépendance, la classe défavorisée de la population, désenchantée par les difficultés, s'attaque d'abord aux étrangers, ensuite elle s'en prend aux minorités religieuses"(1). Avec cet argument, Moulay Hassan rejoignait les thèses alarmistes du Mossad sur la précarité à long terme de la communauté. Dès lors un accord dédommageant le pays de la perte d'une partie de ses forces vives, d'une élite productive mais qui aurait du mal à s'intégrer dans le Maroc indépendant, pouvait sérieusement être envisagé. Cette attitude permit au futur Roi de s'installer de manière pérenne dans un sillage moderniste. Analysant la position paternaliste de son père le roi Mohammed V à Easterman, le prince décrivit à froid son futur positionnement quant à la question israélienne : « Il ne pense pas comme vous et moi. Nous sommes des Occidentaux et lui, contrairement à nous, n'examine pas la question d'une manière cartésienne". Une position confortable pour les deux parties. Pour Israël, elle permettait d'asseoir les relations avec un pays arabe éloigné du Proche-Orient et qui pourrait faire office d'intermédiation en cas de conflit (il en sera ainsi de même avec la Turquie et la Jordanie).Ben Barka était dans la même logique mais l'éviction quelques mois plus tard du gouvernement socialiste d'Abdallah Ibrahim et l'arrivée officiellement aux affaires du prince comme Premier ministre sonneront le glas d'une option qui avait très peu de chances d'aboutir.

(1) rapport d'Alexandre Easterman. Archives sionistes centrales Jérusalem Z6/1763

Sources : BLADI NET



 

 

 

 


Posté par Adriana EVANGELIZT

Publié dans MOSSAD MAROC

Commenter cet article

alami mehdi 19/02/2009 22:55

D'autres informations sur l'affaire Mehdi Benbarka :voir google : " les grands dossiers du Maroc " partie (I),partie (II) et partie (III).