MOSSAD ASSASSINE EN IRAK

Publié le par Nikita Colonna-Santana

 

Un journal égyptien impute l'assassinat du leader shiite irakien Al-Hakim

à Israel et aux Etats-Unis

L’hebdomadaire  égyptien Al-Osboa a publié un article, le 8 septembre 2003, selon lequel le Central Command états-unien aurait aidé 15 agents du Mossad, les services secrets israéliens, à s’enfuir d’Irak, après avoir participé à l’assassinat de l’Ayatollah Baqer al-Hakim.


Ce dernier, chef de l’Assemblée Suprême pour une Révolution Islamique en Irak (ASRII) avait été victime d’un attentat à la voiture piégée dans la ville sainte de Nadjaf, le 7 août 2003. L’explosion avait fait 82 morts et plus de 100 blessés.
Le CentCom états-unien a découvert que l’opération avait été réalisée par le Mossad en analysant les explosifs utilisés qui sont une exclusivité de ce service. Puis, il a découvert que les agents israéliens ont bénéficie de l’aide d’agents états-uniens et irakiens.


C’est l’agence de presse iranienne Mehr News qui a publié pour la première fois ces éléments d’information. D’après un analyste politique irakien, cité anonymement dans la dépêche, les agents de renseignement israéliens auraient réalisé de gros efforts afin d’infiltrer les groupes irakiens, dans le but de faire imploser toute tentative pour créer une unité nationale en Irak.


Après la chute de Saddam Hussein, Israël aurait profité des divisions au sein de la communauté chiite irakienne pour infiltrer divers groupes islamiques en vue de les noyauter et d’en tirer des renseignements.


Le mystérieux analyste cité par Mehr News indique également que l’organisation des Moudjahidin du Peuple aurait aidé les agents israéliens sur le sol irakien, et reçoit directement de l’aide des troupes états-uniennes, en vertu d’un accord écrit. Auparavant, Saddam Hussein lui-même avait soutenu les Moudjahidin du Peuple afin de lutter contre les chiites irakiens.


D’après lui, Israël cherche à semer la discorde parmi les musulmans pour diviser le pays et utiliser le chaos pour justifier la poursuite de l’occupation. Le refus des troupes d’assurer la sécurité des sites religieux peut être interprété dans le cadre de ce plan.

Sources : http://www.reseauvoltaire.net/article11020.html

 

Publié dans MOSSAD EN IRAK

Commenter cet article