L'Egypte affirme avoir démantelé un réseau d'espionnage pour Israël

Publié le par Adriana Evangelizt

Et continuons gaiement, hein le Mossad ? Des vrais fouines. Il faut qu'ils foutent leur nez partout mais surtout là où ça sent mauvais. On reconnait là l'esprit sionisant du Mossad. Coups tordus, coups foireux, coups bas, mauvais coups... la panoplie est longue des basses manoeuvres et des crimes commis. Longue. Et tant qu'à faire pour le sale boulot, ils prennent des étrangers. Verser le sang des autres ne leur fait pas peur. Néanmoins, les dernières opérations se sont toutes soldées par des échecs. Y compris au Liban. Le Mossad Sioniste est trop pressé et il ne forme pas assez ses pseudos agents pour qui il n'a aucun respect. Total et bénéfice, il y en a beaucoup qui se font cravater. Sous la torture, ils parlent. Et le pot aux roses est dévoilé. Ce qui discrédite totalement le Mossad aux yeux du monde. Ce n'est plus une agence de renseignement, c'est une agence de Terrorisme. D'où les accointances certaines avec la nébuleuse Al Qaïda. La boucle est bouclée. Un aveugle y verrait.

L'Egypte affirme avoir démantelé un réseau d'espionnage pour Israël

 
LE CAIRE - Les autorités égyptiennes ont affirmé mardi avoir démantelé un nouveau réseau d'espionnage au profit d'Israël, incluant un Egyptien, un Irlandais, et un Japonais, a-t-on appris de source judiciaire.

Le procureur général Abdel Meguid Mahmoud a annoncé à la presse l'arrestation de l'Egyptien, un ingénieur à la commission de l'énergie atomique, affirmant que les deux autres suspects étaient en fuite.

Mohammed Sayyed Saber est accusé d'avoir fourni des informations au Mossad, le service secret israélien, sur "les différentes activités" de cet organisme. Il serait passé aux aveux, selon le procureur.

L'Egypte a annoncé en septembre dernier la reprise de son programme nucléaire civil après un gel de 20 ans, affirmant envisager la construction d'ici 2020 d'au moins une centrale nucléaire.

C'est en revenant de Hong Kong que le suspect Egyptien a été interpellé en février à l'aéroport du Caire, a affirmé le procureur, tandis que l'Irlandais, Brian Peter et le Japonais Shiro Aizo n'ont pas été arrêtés, et sont en fuite.

L'Egyptien ainsi que ses deux complices présumés doivent être jugés par la Haute cour de sécurité de l'Etat, a précisé M. Mahmoud.

Un réseau d'espionnage au profit d'Israël est en cours de jugement devant cette juridiction spéciale, avec un Egyptien, qui nie cette charge, présent, les autres accusés étant jugés par contumace.

L'Egypte est liée à Israël par un traité de paix depuis 1979.

Sources
Romandie

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans MOSSAD EN EGYPTE

Commenter cet article