Les "cerises" d'Israël

Publié le par Adriana Evangelizt

Une reprise d'article posé il y a au moins deux ans sur un autre de nos sites pour bien montrer la rouerie et le vice des services secrets ou de renseignements israéliens.

Non, ce ne sont pas des fruits que l'on aurait envie de manger. Les cerises, traduction française de Dodidivan, ou plus précisément "l'Escadron de la Mort"... leur mission, s'infiltrer chez les palestiniens et tuer bien sûr comme le nom de cette escadre l'indique... et pour cela tous les coups sont permis et tous les déguisements aussi...

Pour vous dire le vice, ils jettent des pierres avec les palestiniens, se déguisent en vendeurs de volailles, ouvriers, marchands de légumes, de viande et l'on en passe...

L'article ci-dessous vous en diront plus long... on se passe vraiment de plus en plus de questions sur la mentalité des sionistes qui règnent sur Israël et détruisent la Palestine... le peuple est-il au courant de tout ? Ca nous étonnerait fort... mais en tout cas, les agissements de ces individus portent tort à tous les peuples... ils sont dangereux et leur comportement est à dénoncer.

Les "cerises" d'Israël


Par Al-Hayat Al-Jadida

 




L'Escadron de la Mort israélien sera toujours prêt pour des missions de liquidation des combattants palestiniens


"L'escadron de la mort" ou "Dovidivan" ce qui signifie en hébreu “les cerises” est l'une des troupes de l'armée israélienne qui se consacre à la liquidation des combattants palestiniens et qui a tué, au cours de cette Intifadha, plus de 1000 combattants.
Depuis le début de l'année 2005, il a visé 25 Palestiniens sous prétexte qu'ils sont recherchés par les autorités israéliennes.

D'après les rapports de l'armée israélienne, cet escadron n'a perdu que 3 de ses membres au cours des 15 dernières années :

• le commandant Abraham qui fut l'un des fondateurs de cet escadron et qui a été tué en 1992 au cours d'une opération militaire qui avait pour but de liquider 3 membres de l'organisation "Fahd Al-Aswad" ou "Le leopard Noir" dans la région de Jenine;

• Yahoucha'a Gabriel, tué en 1999 au sud d'Hebron au cours de confrontations entre les F.O.I et les citoyens palestiniens

• Patrick Faraj, tué en 2002 au cours de l'opération militaire qui visait.la maison de Mhammed Kficha, l'homme le plus recherché dans la région d'Hebron.

A. Les entrainements :

Depuis sa fondation, l'escadron a engagé ses éléments dans des stages pratiques qui vont de 12 à 15 mois répartis en 5 séquences et, selon la télévision israélienne, les membres de cet escadron subissent des exercices d'entrainements très durs qui les aident à s'intégrer parmi les combattants palestiniens, et ils sont, entre autre, obligés de participer au jet de pierres et même de tirer sur des soldats israeliens mais d'une facon irréguliere pour faire croire aux compagnons palestiniens qu'ils sont des leurs, dans le but d'accomplir leurs missions dont ils sont chargés.

Ces membres qu'on nomme "les Arabisants" ont recours au déguisement pour circuler librement dans les zones palestiniennes, parmi les membres des différents mouvements politiques et surtout parmi les combattants.

Ils s'habillent en ouvriers, agissent en tant que marchands de légumes ou distributeurs de gaz ou de viande, comme techniciens ou vendeurs de patisseries.

Parfois, ils se sont emparés d'ambulances palestiniennes et ils ont agi en tant que membres du corps médical pour kidnapper des blessés ou certains aident les F.O.I en donnant des renseignements précis;

Parfois, les membres de l'escadron s'emparent de voitures confisquées à des Palestiniens aux "checkpoints" et les utilisent comme couverture pour avoir accès aux zones palestiniennes;

Au cours de leurs missions, ils peuvent être masqués, ont toujours un cellulaire électronique comme moyen de communication et un revolver automatique qu'ils cachent au niveau de la ceinture ou dans l'un de leurs chaussures, et cela selon les besoins de l'opération qu'ils ont à accomplir.

B. Les conditions d'admission dans l'Escadron :

Le candidat doit d'abord se soumettre à une consultation médicale, mais en fait, il doit surtout avoir les traits physiques orientaux (le teint brun, les yeux de couleurs fonces…).

Il doit également maitriser la langue arabe et plus précisément le dialecte palestinien des différents villages ou villes de Palestine, tout comme il doit connaitre les slogans, les chansons, les habitudes et les traditions palestiniennes pourqu'il puisse s'integrer aux autochtones sans qu'il soit soupconné et qu'il puisse accomplir convenablement sa mission.

C. La création de l'Escadron :

Il fut créé au début de la colonisation des terres palestiniennes. Ses membres se chargeaient du recensement des habitants des villages palestiniens, étudiaient leurs habitudes et traditions ainsi que leurs points faibles afin de les utiliser comme moyens de pressions pour quitter les villages.

Ehoud Barak a rétabli cet escadron en 1986 en tant que troupe offensive dans l'armée israeéienne; et, avec le déclenchement de la première Intifadha, en 1987, le Général Dan Choumran, le chef de l'armée israélienne a créé l'Escadron de la Mort dans le but de liquider les groupes militants qu'Israel considère comme une menace à la Sécurité Nationale:

Cet escadron a pu liquider :
8 militants palestiniens en 1988,
26 en 1989;
13 en 1990;
23 en 1991;
19 autres en 1992.

Un écrivain espagnol a écrit dans le quotidien "Moyen Orient" en date du 10 Avril 2002 : "A la fin des années 70 et au début des années 80, l'Etat israelien entrainait les membres de l'Escadron de la Mort en Bolivie et au Guatémala (où ils ont liquidé 250.000 personnes) dans des opérations secrètes sous l'égide d'un certain Klaus Barbie qui a été condamné finalement à perpetuité dans la ville francaise de Lyon pour les crimes qu'il a commis contre l'Humanité".

On apprend que même après les Accords de Paix d’Oslo signés le 13 Septembre 1993 à Washingthon, Israel n’a pas arrêté les opérations de liquidation.

Cet Escadron de la Mort a pourchassé les membres de la branche militaire du mouvement islamique “El-Kassem”, suite au refus de ces derniers d’abandonner les armes à la suite de leur abandon des accords d’Oslo.

Cet Escadron de la Mort, sous le commandement du Général Elan Perin, a été divisé en 3 unités connues sous les noms de :

• “Dovidivan” qui engage des Arabisants;

• “Syert Mekal” et l’unite “Ejouz” qui se chargent de la liquidation des combattants palestiniens ou pro-palestiniens sur le territoire libanais;

• l’unité “Yemam” qui se charge de la lutte contre le terrorisme, celle-ci fait partie de la police isralienne;

et on signale aussi que Cet Escadron de la Mort a repris ses fonctions avec le déclenchement de la deuxième Intifadha le 28 Septembre 2000.

Parmi les moyens utilisés par ces membres, il y a :
• le lancement de missiles sur des voitures où se trouvent les personnes visées par l’opération,
• la pose d'explosifs,
• l'utilisation de snippers ou le lancement de bombes par un char situé dans un camp militaire ayant vue sur la zone,
• sans oublier la pose d'explosifs dans des cabines telephoniques ou dans n’importe quel lieu ou la présence des personnes visées est garantie.

D. Abou Hannoud et l'Escadron de la Mort :

Cet escadron a commis beaucoup d’erreurs ce qui attira l'attention du public et de la presse israelienne, et peut-être que l’assassinat de deux de ses membres à Ramallah a provoqué la colère du public;
Notons aussi l’incident qui a été diffusé à la T.V israelienne au cours duquel 2 arabisants ont été tabassés par des Palestiniens et dont les Israéliens en gardent encore un mauvais souvenir.

Le 2 Décembre 1998, l’un des membres de l'escadron a été frappé par erreur par des soldats israéliens lors d’une manifestation menée par des militants palestiniens;

Mais parmi les inoubliables échecs des membres de l'Escadron de la Mort, on se souvient de leur tentative d'assassinat sur Mahmoud Abou Hannoud, membre de la branche armée du Hamas dans le village de Assira Achamalia (l’un des villages situé au nord de la ville de Naplouse).

Mahmoud Abou Hannoud, l'homme le plus recherché de Cisjordanie, a pu s’enfuir discrètement après avoir tué 3 membres de l'unité chargée de sa liquidation et en a blessé un autre lors d’une confrontation armée.
Tout cela a provoqué la colère du commandement en chef de l’armée israélienne, et la presse israélienne a, de son côté, lancé une critique farouche suite à l’échec impardonnable de cette unité de la Mort, sans oublier l’article publié par le quotidien israelien Ma’ariv qui a qualifié l’opération de l’unite “Dovidivan” dans le village Assira Achamalia "d'opération militaire décevante", et le rédacteur en chef a demandé une auto-critique et que ses membres subissent un interrogatoire pour que pareil échec ne se répète pas.

Le quotidien “Ha’aretz” a prétendu que les membres de l’unité décédés au cours de l’opération d’Assira Achamalia avaient été tués par des tirs incontrolés de leurs collègues et cela a été prouvé lors des interrogatoires des membres de l'escadron.

E. Témoignages internes :

L’un des membres de l’unité “Dovidivan” qui a executé des centaines d’opérations avant qu’on le libère de son poste a déclaré que : ”Il ne faut pas me considérer comme un criminel, la décision d'exécution provient uniquement des hauts niveaux politiques."

Et il ajouta :”la facon de liquider les cibles, que ce soit au moyen d’un couteau ou d’un revolver ou même d’un fusil, se décide normalement en fonction des informations que nous avons fournies sur la situation et les ordres militaires nous demandent de ne pas courir de risques et nous permettent de tirer sur toute personne en etat d’arrestation et qui tente de réagir.

F. L'Escadron de la Mort et la vente des volailles :

Les membres de l'escadron ont toujours recours au déguisement : soit en femmes, en marchands de légumes, de volailles.

C'est ainsi qu'a été piégé le militant Aymen Aref du district de Toulkarem quand l’unite a eu recours à la vente de volailles à bas prix dans une voiture avec des plaques d'immatriculation arabes. Aref s'est dirigé vers la voiture et a été pris au piège.

G. L'Escadron de la Mort…..vers où??

Les rapports israéliens révèlent qu’Israel a eu recours aux membres de l'Escadron de la Mort pour s'occuper des personnes qui menacent la sécurité israélienne : ceux qui planifient des opérations suicides, ceux qui donnent les ordres pour exécuter ces opérations.

Leur but est de punir ceux qui ont eu recours à ce genre d’opérations en liquidant les chefs d’organisations militaires palestiniennes, ou les cadres des différents partis politiques palestiniens que ce soit ceux qui se trouvent dans les Territoires palestiniens ou à l’étranger.

On doit signaler que plusieurs des personnes liquidées par la troupe auraient pu facilement être arrêtées par les F.O.I., mais le but de l’Etat d’Israel est de terroriser le peuple palestinien qui, malgré les différents moyens de pressions utilisés par Israel, continue de se battre même après la liquidation des leaders militants.

Est-ce que l’accord de l’armistice de Charm El cheikh a mis fin aux opérations de liquidation de l'Escadron de Mort?

Cet escadron connaitra –t-il une fin?

Jamais, il sera toujours prêt et à la disposition des ordres pour liquider encore plus de Palestiniens, surtout qu’Israel ne veut pas admettre que les armes ne tuent jamais la foi d’un peuple qui recherche sa liberté.

Sources http://www.ism-france.org/news/article.php?id=2701&type=analyse&lesujet=Assassinats%20ciblés

Sources Le Transgresseur

 

Possté par Adriiana Evangelizt

Commenter cet article