L’antiaméricanisme se renforce dans le monde

Publié le par Adriana Evangelizt

Effet boomerang du soutien inconditionnel us à israël


L’antiaméricanisme se renforce dans le monde

par Wassim Benrabah

Source : Le Courrier d'Algérie

24 septembre 2007

La politique actuelle, sur le long terme, ne sera pas non plus profitable à Israël, un pays belliqueux et terroriste, mais dont le poids et la profondeur stratégiques sont loin d’être à la hauteur de ce qu’en attendent les Américains.


Comme chacun le sait, il existe des sujets tabous passibles d’amener l’assassinat (politique et autres) pour tous ceux qui oseraient les aborder. S’il ne fallait qu’une preuve, il suffirait juste de souligner le cas du talentueux humoriste Dieudonné.

A cause de simples allusions faites à propos du lobby sioniste, il a dégringolé du jour au lendemain de son piedestal pour se retrouver au plus bas de l’échelle, non sans avoir subi, au passage, un véritable lynchage médiatique.

Autre preuve ? L’affaire Monica Lewinski, qui avait failli renverser le président Bill Clinaton, mais qui a quand même fait que son " intermède " ne devait pas durer plus d’un mandat, redonnant la main au clan des Bush, était uniquement lié au fait que Clinton se montrait beaucoup trop " entreprenant " dans sa volonté à vouloir trouver une solution pacifique et relativement juste au conflit proche-oriental.

 Bref, c’est sans surprise aucune que deux éminents professeurs ont publié cette semaine un livre explosif dans lequel il reviennent en détail sur ce que tout le monde savait : la trop grande influence du lobby sioniste sur la politique étrangère américaine.

Le livre, qui se base sur des faits historiques avérés, souligne par exemple que Washington a, depuis 1972 jusqu’à ce jour, opposé son veto à l’encontre de 32 résolutions visant Israël, dont certaines concernaient carrément des crimes contre l’humanité. Inutile de dire que ce pareil comportement, rendant Israël intouchable de la part de la communauté internationale, ne pouvait que pousser à chaque fois le bouchon un peu plus loin.

Cela a, par exemple, a été le cas du siège dont avait été victime le président Abou Ammar, lequel semble l’avoir affaibli au point de précipiter sa mort. Idem, pour l’agression dont a été victime le Liban dans le courant de l’année passée.

Devant une communauté mondiale tout aussi impuissante que médusée, Israël a oeuvré, un mois durant, à détruire systématiquement ce pays en bombardant ses infrastructures de base, ses usines, ses routes principales, prouvant par-là qu’il n’était nullement question de traquer de prétendus terroristes, ni de sécuriser ses frontières avec le Liban.

Plus proche encore, au début de ce mois, Israël, qui occupe toujours illégalement le Golan syrien, a attaqué ce pays sans la moindre raison notable.

Damas, qui en a saisi officiellement le conseil de sécurité de l’ONU, devra sans doute attendre longtemps avant d’être écoutée. Elle attendra encore plus longtemps, éternellement sans doute, avant qu’Israël ne soit un jour condamnée.

Même l’Algérie serait dans l’ " axe du mal "


Mais ce que le livre révèle surtout, c’est que c’est Israël qui se trouve derrière la politique américaine qui l’a conduite à attaquer l’Irak, avec les terribles conséquences sur les USA que nous constatons actuellement.

C’est encore elle qui continue de pousser Bush à se montrer aussi belliqueux en direction de la Syrie et de l’Iran. Parallèlement, il est devenu un secret de polichinelle qu’Israël détient bel et bien l’arme nucléaire, censée être prohibée dans cette partie du monde, sous la bénédiction et la protection des Américains.

Ces derniers, au reste, réservent le cinquième de leurs aides internationales globales au profit d’un petit pays comme Israël, sans oublier les assistances technologiques, militaires et économiques. Washington, en agissant de la sorte, met dans l’embarras ses plus précieux alliés, s’alliant de la sorte le monde entier, y compris les Occidentaux, alors qu’elle a carrément très mauvaise presse auprès des arabes et des musulmans.

Or, expliquent les auteurs de ce livre, J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, cette politique desservira Israël à long terme puisque ce petit pays, dont une partie des territoires devra un jour ou l’autre être restituée à ses légitimes propriétaires, n’a pas du tout la puissance stratégique que lui prêtent les Américains.

Le dernier acte terroriste commis par le Mossad et la CIA a consisté à assassiner le député libanais Ghanem, réputé anti-syrien, afin d’accuser Damas.

Manque de chance, un Israélien soupçonné d’avoir partie liée avec cet assassinat vient d’être appréhendé. Impossible, donc, de réitérer le scénario lié à l’assassinat de Rafik Hariri, avec les terribles conséquences qui s’en étaient suivies. (obligation faite aux troupes syriennes de se retirer du Liban avant que ce pays ne soit attaqué et détruit par Israël).

Washington, sans doute aveuglée par cette quête tous azimuts de terroristes qui peuvent n’exister que chez le Mossad, et accessoirement la CIA, se met même à piétiner les plates-bandes algériennes, le tout avec l’aide de certains " journalistes " complaisants.

Après avoir tenté de faire accroire que la révolte des Touaregs dans le nord du Mali était le fait du GSPC et de Mokhtar Belmokhtar, (la preuve du contraire est advenue à peine quelques jours plus tard), voilà que les mêmes " plumitifs " accordent aux Américains des pensées qu’ils n’ont sans doute jamais eues, à savoir qu’Al Qaïda et le GSPC ne feraient qu’un.

Al Qaïda de Ben Laden est le fruit des actions de la CIA quand celle-ci soutenait les courants islamistes radicaux contre les communistes en Afghanistan et un peu partout dans le monde.

Il en est allé de même, du reste, pour le Hamas, un parti doté d’une milice para-militaire, encouragé et soutenu à l’époque par le Mossad, dans le but d’affaiblir et de contrecarrer l’OLP de Yasser Arafat. Le GSPC, lui, est formé de groupuscules de desperados ne jouissant d’aucune doctrine politique, ni ne revendiquant quoi que ce soit, se contentant d’assassiner et d’amasser de l’argent sous le fallacieux couvert de l’islam.

L’Algérie, depuis longtemps, a vaincu le terrorisme sans l’aide de personne, alors que Washington et les siens aidaient ces criminels sous couvert de " démocratie " et de " respect des droits humains ". Il faut leur être inféodés, ou bien être un nouveau débarqué dans le monde de la presse (où les plumes s’achètent désormais trop facilement) pour oser prêter attention à de supposées analyses américaines à propos d’Al Qaïda et du GSPC.

Pas plus tard qu’hier, notre ambassadeur auprès de la Ligue arabe et du Caire, Abdelkader Hedjar, affirmait encore qu’il n’est pas question que des bases américaines soient un jour implantées dans le Sud algérien. Alors, ceux qui en veulent n’ont qu’à aller les chercher là où elles se trouvent…

Sources Presse DZ com

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article

JFK, JFK, JFK, JFK 24/10/2010 11:17



Pauvres yankees, dirigé par les néoconservateurs sudistes (BUSH et les autres crabes neocons) et par les gangsters du MOSSAD + les banquiers de la FED !!!


C'est eux qui assassinent vos présidents pour vous imposer des dégénérés cocainomanes comme BUSH ... Ils serait temps que vous réagissiez les Yankees !!!


Eh oui, on en revient toujours aux classiques et devinez qui a bien trempé ses 2 mains  dans l'assassinat de JFK, et oui toujours les mêmes, les POURRITURES du MOSSAD ...


Il n'y a pas que les palestiniens et les arabes que ces connards dégomment, ils se croient tout permis et se sont mis en tête de contrôler nos républiques notamment via les assassinats de nos
chefs d'état !!!


Cliquez sur le lien (en anglais pour en savoir davantage ...)



eva journaliste-resistante a l'intolerable 29/06/2008 18:47

Bonjour chère AdrianaSi tu as des liens intéressants sur l'Europe, de tes blogs, merci rapidement de me les donner pour que je les passe ; je fais un spécial Europeje t'embrasse Eva